UOH - Psychométrie et Statistique en L1 - 3. Dimensions de la variabilité en psychologie
header_UOH header_UOHPSY
Accueil arrow Comprendre arrow Psychologie, statistique et psychométrie arrow 3. Dimensions de la variabilité en psychologie
3. Dimensions de la variabilité en psychologie Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Appréciation des utilisateurs: / 15
FaibleMeilleur 
Écrit par Éric Raufaste   
Index de l'article
1. Subjectivité et objectivité
2. Variabilités intra et interindividuelle
3. Variations aléatoires et variations systématiques

 

Objectifs. Introduire les principaux angles sous lesquels la variabilité psychologique peut être analysée. 

Prérequis. Leçon : variabilité et invariants en psychologie.

Résumé. La psychologie est une science du sujet, animal ou humain. Elle s'applique donc à la fois à des données observables et à des données subjectives. La variabilité psychologique peut aussi s'analyser en termes des invariants au sein d'une population, de variabilité entre sous-populations avec invariance dans chaque sous-populations, ou directement au niveau de la variabilité pour un même individu. L'analyse de la variabilité en psychologie impose donc de distinguer les notions de variabilité interindividuelles et intraindividuelles. Enfin, la variabilité en psychologie, comme dans toute autre science résulte à la fois de mécanismes systématiques et d'effets aléatoires.



Dans l'article précédent, nous avons introduit les notions de variabilité et d'invariants. Nous allons maintenant nous interroger sur les dimensions de la variabilité en psychologie, c'est-à-dire identifier des façons différentes et indépendantes d'aborder cette variabilité. Nous considérerons en particulier deux dimensions : le couple phénomènes subjectifs/ phénomènes objectifs et la distinction entre les phénomènes intra et interindividuels.

1. Subjectivité et objectivité

(…) nous saisissons dans notre perception, tout à la fois, un état de notre conscience et une réalité indépendante de nous.

                           H. Bergson, Matière et Mémoire (1999, p. 229).

Traditionnellement, en psychologie, les phénomènes auxquels on s'intéresse sont de deux ordres très différents, qui impliquent chacun leur méthode privilégiée d'investigation : les données observables, et les données subjectives. 

Les données observables

observable.jpgLe premier ordre de phénomènes concerne les éléments « directement » observables par le chercheur (éventuellement au travers d'un instrument ou d'une grille d'analyse). Il peut s'agir de comportements, mais aussi de manifestations physiologiques plus ou moins faciles d'accès comme les mouvements oculaires (l'enregistrement des endroits regardés par l'oeil en temps réel), l'électroencéphalogramme, l'enregistrement des variations électriques à la surface de la peau, la consommation d'oxygène dans le cerveau, les temps de réponse, etc. Ces indices nous renseignent de façon assez objective sur les processus psychologiques en train de se dérouler (bien que de la subjectivité puisse déjà se nicher dans le choix des éléments observés ou dans la construction des grilles d'analyse). Se pose cependant le problème de la signification qu'il faut leur donner.

Par exemple, si l'on observe que les mains d'un garçon deviennent moites chaque fois qu'il est mis en présence d'une fille particulière, on est sûr que cette fille le fait réagir. Mais quelle signification psychologique donner à cette réaction : Est-ce du désir ? Ou bien qu'elle lui rappelle quelqu'un qu'il a connu et dont il n'a pas encore intégré la perte ? Ou bien refoule-t-il une homosexualité qu'il n'assume pas ? Ou mille autres explications dont la variété n'est limitée que par l'imagination de l'observateur.

Les données subjectives

Emotion.jpgLe second grand ordre de phénomènes qui nous occupe en psychologie concerne les contenus de conscience, à savoir les impressions subjectives ressenties par les sujets et rapportées au chercheur au travers du langage. Par exemple, supposons que je veuille évaluer le degré de confort ressenti par un consommateur qui essaie une voiture. Ou encore le niveau d'angoisse qu'il ressent en général. Ou encore la confiance qu'il ressent en l'avenir. Ces choses sont accessibles à la conscience du sujet mais ne le sont pas (en tout cas pas encore) à l'investigation technologique indépendante des verbalisations. Bien que largement discréditées au début du XXème siècle avec l'apparition du behaviorisme, suite à l'échec des travaux fondés sur l'introspection, les mesures subjectives sont aujourd'hui de plus en plus utilisées même si cela s'accompagne normalement d'un luxe de précautions méthodologiques pour minimiser les risques d'obtenir des données sans réelle fiabilité. Elles ont en effet un intérêt appliqué pour remplir divers objectifs au rang desquels figure, par exemple, la construction de situations de travail plus ergonomiques, moins pénibles, sollicitant moins les ressources des individus placées dedans.

Ici, la psychologie se démarque fondamentalement des sciences qui visent l'objectivité complète (dans l'objet étudié comme dans la description qui en est donnée). Depuis la fin du behaviorisme, dans les années 1950, on considère que la psychologie doit aussi s'intéresser aux contenus des expériences subjectives, visant en quelque sorte à objectiver ce qu'il peut y avoir d'invariant dans les expériences subjectives.

Remarque importante

Le lecteur attentif aura pu remarquer que nous n'avons pas fait le choix d'opposer aux données subjectives les  données « objectives », mais les données « observables ». Ce choix repose sur deux raisons principales.

  1. La première tient à ce qu'on sait maintenant que des expériences subjectives peuvent parfois être au moins partiellement objectives au sens scientifique. L'expérience de la douleur par exemple, a des corrélats physiologiques. Il s'ensuit que la notion de subjectivité ne s'oppose pas nécessairement à l'objectivité scientifique.
  2. La seconde raison, complémentaire, tient à ce que le caractère observable d'une donnée ne garantit pas non plus son objectivité au sens scientifique. Ainsi, il est possible d'avoir des biais systématiques dans le système de mesure, lequel repose d'ailleurs sur des présupposés théoriques dont on s'aperçoit  parfois ensuite qu'ils étaient contestables. 

 


Dernière mise à jour : ( 09-01-2009 )
 
< Article précédent   Article suivant >

Citation

... les usages prévisibles d'un test déterminent profondément ses caractéristiques.
Dany Laveault et Jacques Grégoire 
 

Sondage

Pour étudier la statistique et la psychométrie en L1, ce site est...
 
© 2022 UOH - Psychométrie et Statistique en L1
Joomla! est un logiciel libre distribu sous licence GNU/GPL.